La manipulation par l’image

Une image ne vaut-elle pas 1000 mots ? Mince, je n’ai pas de schéma sous la main pour remplacer l’article ! Tant pis, allons-y !
La communication et l’information sont les plus percutantes à travers les photographies, les images, véritables symboles qui permettent d’atteindre les passants si bien, que les panneaux d’affichage ne cessent de s’agrandir.
A quel point sommes-nous influençables par les images ? Comment notre cerveau les interprète ? A quels occasions l’image sert de manipulation des masses ? 

L’image est frappante car elle est esthétique. En effet, le cerveau apprécie le beau, les couleurs vives. Mais elle a un autre atout encore plus puissant notre auto-conviction. Nous faisons abusivement confiance à nos sens, et plus particulièrement à notre vue, qui est l’un de nos sens les plus souvent stimulé; nous allons donc être bien plus facilement convaincu par une image et quelques mots qu’un long discours duquel nous ne retiendrons pas avec autant de force l’idée principale.

                L’image c’est, en un clin d’oeil, des milliers de mots.

Majoritairement employé dans les campagnes publicitaires, comme politiques, et par les médias de masse, la communication par l’image se divise en plusieurs catégories, selon l’effet recherché.

  • On trouve, en tête de liste, l’image « émotion », souvent utilisé par les journaux ou les chaînes d’information, qui servent à renforcer la pitié ou la compassion du spectateurs. Par exemple, on annonce l’exécution de jeunes reporters, fait déjà tragique en lui même, mais qui sera renforcé par une image des deux corps ensanglantés à terre.
  • Ensuite, on retrouve les images magnifiées, notamment celles représentant nos présidents; ils sont représentés grands, droits, fiers, généralement une bibliothèque en fond, rappelant la culture du président, ainsi que le drapeau français et un bureau, représentant le travail. Tout est symbole, notre cerveau interprète chaque donnée et lui donne un sens, consciemment ou non. Ici, Macron a les fenêtres ouvertes (« sur le monde »), les deux drapeaux, français et européens, renforçant cette idée d’ouverture, et de nouveau le bureau du travail.FRANCE-POLITICS-ELYSEE-OFFICIAL-PORTRAIT-MACRON
  • On retrouve après les images purement manipulatrice : dont le but est de plaire. Souvent retouchées, elles envoient volontairement une image erronée, comme lors des JO à Beijing en 2008 où la petite chanteuse Yang Peiyi a été remplacée par Lin Miaoke, jugée plus gracieuse, qui a donc fait du play-back.

chine-51

  • Enfin, dernier mais pas des moindres, les photos chocs. Purement provocatrice, mais pas forcément manipulée. Souvent utilisée par les associations et les ONG, elles dénoncent généralement la dure réalité. Ici, l’oie gavée vomit le trop-plein de nourriture. © Farm Sanctuary

foie-gras-2.jpg

       Les associations de l’image, la désinformation par l’image

L’impact des images est certes très puissant, mais leur pouvoir est quadruplé lorsque l’on y ajoute un slogan, des mots; ou lorsque le moment est adéquat. Ainsi, le PDG de TF1 dira sans retenue : « Pour qu’un message publicitaire soit perçu, il faut que le cerveau du téléspectateur soit disponible. Nos émissions ont pour vocation de le rendre disponible. C’est à-dire de le divertir, de le détendre pour le préparer entre deux messages de pub. Ce que nous vendons à Coca-Cola, c’est du temps de cerveau disponible. »

L’image peut être modifiée de nombreuses manières, et notamment par les mots ou la légende. L’interprétation d’une image dépend forcément de l’explication que l’on nous en donne. Mais, elle n’est pas seulement faite pour informer, aussi pour désinformer.
Ainsi on retrouve les modifications d’images : ici, Staline déclame un discours en 1919, mais l’homme à droite est dénoncé comme traître en 1929 et sera volontairement effacé.

photo-trucage-3.jpg

Les images provoquent en nous des émotions que nous ne pouvons contrôler. C’est inconscient, mais les émotions dirigent nos décisions.  On est ici naturellement plus attiré par l’une des deux images, je vous laisse deviner laquelle. calcul-haute-resolution.jpgMeribelle2-pietons.jpg

Lorsque l’image est alliée à une musique qui nous plait, les émotions qu’elle suscite s’amplifient et nous retenons d’autant plus le message. En plus, si nous entendons la musique de nouveau (ce qui est fort probable puisque ce sont souvent des musiques populaires qui sont utilisées), nous repenserons au spot publicitaire, et donc au produit… Ce qui inconsciemment nous pousse à l’acheter.
(Enfin, je reparlerais des publicités dans un autre article, dont je fournirai le lien.)

Les informations que nous recevons arrivent d’abord dans notre centre émotionnel puis dans notre centre rationnel, où l’on va mener une réflexion mais dont la réaction sera plus lente. Les émotions suggérées sont généralement positives pour induire un sentiment de confiance, de joie. Ainsi, un spot publicitaire chargera lourdement l’image d’émotions, l’information est traitée plus directement par le cerveau, et l’affect décidant généralement, conduira le consommateur à acheter le produit mis en avant.

En bref, on nous dicte notre réflexion, on est dépendant entièrement de notre société, ce qui tourne mal lorsqu’elle est dirigée à son insu.

 

http://www.arch-image.com/2007/05/05/89-pouvoir-de-l-image-et-manipulation-1ere-partie/
https://cercle.institut-pandore.com/mentalisme/publicite-manipulation-esprit-techniques/
http://www.pearltrees.com/t/themes-cerveau/actualites-manipulation/id7725321

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s